L'ode d'une Légende
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Monde :: Europe :: Grèce
avatar
Admin Master
Admin Master
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 8
Date d'inscription : 29/06/2017
MessageSujet: L'ode d'une Légende Lun 24 Juil - 12:47

ft. Pan

ft. Melchior

「L'ode d'une légende」
Cela allait bientôt faire neuf mois que le Mythologue avait quitté le manoir de la famille Percheval à Fontainebleau en France pour rejoindre la Grèce. Le but de se voyage était le mythe qui fut il y a longtemps adulé et bien vite craint, maintenant encore il fait l'objet d'une des plus grande terreur. Le voyage en avions était toujours très éprouvant pour Melchior, s'il n'avait pas de quoi lire ou son carnet pour écrire, il avait l'impression de devenir fou, à ne rien faire dans se coucou mécanique. Heureusement le vol n'était pas long. Une fois en Grèce, le brun Commença ses recherches. Tout d'abord trouver des lieux qui serait imprégné de cette légende, ensuite faire des recherches via les bibliothèque, les scientifique et aussi la population... Cette dernière partie était celle qu'il détestait le plus, les gens se prenait pas des génies et sortait des absurdités. Enfin bon, il devait bien faire cela pour ses recherches. Perdu dans une des grandes bibliothèque de la cité, il marquait de sa main valide ses prochaines destination tout en maintenant un livre de son bras meurtrie.  Les gens n'aimaient pas cette différence chez lui et bien souvent quand il les accostait dans la rue, on lui répondait avant même qu'il aille prononcé le moindre mots «  Je n'ai pas de liquide désolé » Heureusement qu'il était habitué maintenant avant il l'aurait rabaissé plus bas que terre. Il resta à visage neutre en lui expliquant qu'il n'était pas là pour de l'argent, mais des renseignements. Les gens était souvent mal à l'aise et bien qu'il avait la possibilité de mettre une prothèse à sont bras, il se refusait de faire cela. La chaleur n'était pas en reste, le brun fini par se posé prés d'une fontaine à Marathon. Là des inscriptions et dessins le perturba un moment, tout se qui pouvait se passé autour de lui n'était plus qu'une vague flou de couleurs, de sons et de mouvement. Son cerveau fonctionnait à cent à l'heure. Il décodait méticuleusement la fontaine qui bien vite lui donna sa prochaine destination.

S'enfonçant dans les terres Grecs accompagné d'un guide, il se retrouva dans une Grotte près de Marathon où la légende disait que Pan avait mit en déroute les Perses. Le brun entra dans la grotte alors que le guide la disait dangereuse, qu'il devait s'équiper et surtout y aller avec un spécialiste. Melchior n'écouta pas le moindre mot du bipède et avança droit devant lui. La grotte était sombre, son portable lui servait de lampe torche. Parcourant la grotte de ses doigts existant les caressas les parois. Il se sentait bien pour une fois, seul à la recherche d'un mythe qu'il avait peut être jamais existé ou était tout simplement une personne mal formé vu un jour et tous c'était monté une histoire invraisemblable. Ses doigts finirent par s'enfoncer légèrement, surprit il regarda d'un peu plus près suivant la petite crevasse du doigt. Depuis combien de temps il avait marché dans cette grotte ? Il l'ignorait, mais il savait parfaitement le chemin du retour, sa mémoire avait enregistré chaque parcelle de la grotte qu'il avait traverser. Le dessin que prenait la fissure était un indice évidant pour le brun et certainement juste une perturbation du temps pour les autres. Ni une Ni deux, le Mythologue consigna le dessin dans son carnet, avec de grande difficulté du au manque de son bras droit. Il suivit la fissure tout le long du mur jusqu'à un trou dans la grotte à peine plus grande qu'un poing. Sa main passa à l'intérieur et il sentit quelque chose. C'était de la folie de plongé sa main non protéger dans une cavité, on ne savait se qui pouvait bien se caché là dedans. Par chance ses doigts heurtèrent une surface lisse et dur, il tira la chose hors de son trou. Quand il observa la chose sous la lumière, il fut un peu déçus. Une simple flûte de Pan... bon le nom de Pan était là, mais elle pouvait bien être d'un temps reculé comme de maintenant. Il pesta un peu, avant qu'il ne se rende compte d'une chose, l'instrument de musique avait un flux magie. Après une observation plus approfondit de la chose, se n'était pas un instrument normal, les gravures, la magie, les détails, la façon dont il 'était tailler, rien n'était habituel dans un objet pareille. Une autre lumière perturba sa réflexion et ils les auraient bien tuer sur place pour cela. Il cacha rapidement l'objet dans son sac avant de se levé et de les regarder. Les guides étaient à la fois heureux de l'avoir retrouvé, mais aussi énerver et bien que les remontrance étaient calme, Melchior n’acceptait pas se genre d'interaction avec lui. Il le regarda croisant son bras sur son torse avant de parler.

« Messieurs avec le peu de respect que je dois à votre professions, vous aurez été qu'une gêne pour moi. Vos compétences s’arrête à guidé les gens. Hors je ne suis pas une brebis qui à besoin d'un berger. Je ne viens pas me mêlé de votre travail alors ne venez pas le faire dans le mien. »
Passant à côté d'eux il ajouta même que les Archéologues d'ici devait certainement être des imbéciles, incompétent. Tout cela dans un anglais plutôt correct sans accent, il aurait bien pu leurs parler en Grec, mais il n'allait pas leur faire se plaisir.

Melchior retourna dans son hôtel, il avait retiré sa prothèse de jambe pour allez prendre sa douche. Il marcha à l'aide d'une béquille jusqu'à la baignoire où il s'assit dedans. Alors qu'il se douchait une vive douleur le prit dans sa jambe... qui n'était plus là. Encore une de ses douleurs venant du cerveau. Les douleurs fantômes étaient bien se qu'il y avait de pire pour lui, une douleur qu'on ne pouvait calmé comme ça. Il aurait bien quitté la baignoire pour prendre des calmants, mais le moindre mouvement de sa part et la douleur l'aurait fait chuté. Il n'était pas question de repartir. Il resta allongé la tête pendant vers l’arrière, il cherchait des théories à exploité le temps que la douleurs passe. La flûte s'il aurait put l'atteindre, il aurait concentrer tous ses neurones dessus pour trouver, le mystère de cette objet.  Se qui aurait du être une douche se termina par un bain froid pour endormir la douleur d'un membre perdu. Quand celle-ci se calma, le brun put enfin sortir et se mit à étudié l'objet trouvé. Encore une nuit sans sommeil pointait le bout de son nez.

Au petit matin, Melchior avait déjà quitté les lieux pour rejoindre un endroit que la flûte lui avait indiqué le Mont Parthénion. Cela allait lui prendre du temps, mais il se devait d'y aller. Une fois là haut il regarda l'horizon qui s'offrait à lui. Il prit son temps pour effectuer ses recherches et se n'est qu'au crépuscule. Là, il regarda sa main gauche, celle qui portait en plus d'une gemme incrusté des marques. Les sorts de commandements. Le dieux du Grand Tout... La guerre du Graal allait avoir lui, il ne savait pas quand précisément, mais cela allait commencé. Il allait avoir besoin d'un partenaire pour cela. Un être capable de faire preuve de peu de morale, d'une grande force d'action, qu'il puisse être capable de se géré seul... Après un moment de réflexion, il se décida. Oui, Pan serait parfait, qu'il soit idolâtre ou bien craint sous sa forme du  diable en personne. C'est en haut du Mont Parthénion que le rituel pour la Guerre commença sous le ciel  rougie par le couché du soleil. Il ne savait pas si la flûte trouvé était réellement celle de Pan, mais il espérait qu'au moins, même si l'artefact n'était pas le bon, le faites d'être dans son domaine allait le faire venir à lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin Servant
Admin Servant
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: L'ode d'une Légende Lun 24 Juil - 19:52

ft. Pan

ft. Melchior

「L'ode d'une légende」
Elle ne saurait dire depuis combien de temps elle était bloquée avec ses frères. Des heures ? Des jours ? Des mois ? Des années ? Des siècles ?.... Pour elle, qu’importe, ça vie n’était que le noir et la douleur dans les bras.

En réalité, ni elle, ni ses frères ne savaient clairement comment ils étaient morts. Tout ce qu’ils avaient retenus c’était leurs morts réceptive étaient survenues en même temps, à la seconde.
La seule chose dont elle se souvenait c’était les cris des personnes qui hurlait près de son tombeau « Le grand Pan est mort ! ». Puis. Plus rien. Et enfin, la douleur des chaînes qui tirent sur ses bras et ses jambes et le noir. Ce fut la voix de son plus grand frère qui la tira de son « sommeil » :

-Vous allez bien ? Je ne sais pas ce qu’on fait ici, mais quelque chose me dit que la personne qui nous a tuez à fait exprès de nous bloquer ici. A priori on ne pourra pas ressusciter, même si les dieux eux même le voudrait. Mes amis, c’est officiel, les grands Pan sont morts.

Dans un soupir général, ils se murèrent tous dans un silence de recueillement. Priaient-ils un dieu pour qu’ils les sauvent ? Était-ce une manière d’honorer leurs propres morts ? Aucuns d’eux ne donna jamais la réponse.

Le temps passa, réduisant les conversations et augmentant la douleur et le sentiment de solitude et d’abandon des enfermés.

Le temps aurait pu continuer à avancer sans eux encore longtemps, quand un étrange son de flûte se fit entendre dans leur pièce sombre. Et pour la première fois depuis des siècles la lumière remplie la salle. La douleur que cela provoqua aux Pan fut bien peu de chose face à la découverte du lieu où ils étaient. Une salle blanche où seules les chaînes qui bloquaient les dieux décoraient les lieux.
Soudain, les poignets et les chevilles de la Déesse Pan disparurent dans un flash de lumière aveuglant. A peine fut-elle au contact du sol qu’elle se retourna vers ses frères mais à peine avait-elle fait un pas qu’elle s’enfonça dans le sol. La dernière chose qu’elle put voir fut le regard de son plus grand frère avec un sourire tendre sur le visage.

Pan se retrouva alors emportée dans un tourbillon qu’elle ne contrôlait pas. Mais elle se sentait étrangement bien dedans. La chose la plus étrange fut qu’elle changea d’apparence : ses cornes en croissants de lune devinrent des bois de cerf et elle rétrécie étrangement.  Elle mit ça sur le coup du sort qui la téléportait vers un lieu inconnu.

Son bâton de berger se joignit à elle puis une brèche s’ouvrir, elle s’engouffra dedans.
La lumière rougeâtre du couchant lui agressa la rétine. Une fois cette douleur calmée, elle regarda autour d’elle et reconnue son lieu de naissance. Il était différent, totalement, mais elle reconnaissait l’atmosphère.  Son regard se posa soudain sur un grand homme qui semblait l’attendre. Elle se sentait étrangement liée à lui. Ses yeux bruns se posèrent sur la main et elle compris. La déesse ne savait pas comment, mais elle savait ce qu’elle faisait là. Pan regarda son Master avec un sourire charmeur :

-Salut beau jeune homme ! Je suis le Dieu Pan, ravie de vous rencontrer…

Elle se hissa d’un bond sur son bâton de berger qui tenait miraculeusement seul. Comme ceci, elle fut plus grande que son interlocuteur et planta son visage a quelques centimètre du sien.

-Tu es un puissant mage, beau mâle, manchot… voilà qui me semble parfait, nous allons faire de grande chose ensemble mon ami…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin Master
Admin Master
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 8
Date d'inscription : 29/06/2017
MessageSujet: Re: L'ode d'une Légende Jeu 27 Juil - 2:28

ft. Pan

ft. Melchior

「L'ode d'une légende」
Une énergie qui n'était pas sienne s'ajouta à son rituel d'invocation, comme une force étrangère. Il avait donc vu juste, une nouvelle guerre du Graal était en route, elle viendrait bientôt et il y participerait. Elle allait de nouveau tuer des gens, des innocents pour la plupart, mais personnes n'avaient encore mit un terme à ce cercle vicieux. L'homme est bien trop avide pour se préoccuper de la morts d'inconnue. Oh il n'y a plus de héro à présent ou du moins certains sont nommé ainsi sans en être réellement. Juste des hommes qui ne marqueront pas plus l'histoire qu'un autre, même les chanteurs et acteurs seront plus connues qu'eux. Quoi de plus normale, l'homme n'apprend pas de ses bêtises malgré le temps et si il s'agissait de la dernière guerre du Graal. Es que le gagnant serait un héro ? Rejoindrait il le panthéon ? Une multitude de pensées parcourait l'esprit survolté du scientifique alors qu'il effectuait son rituel. Bientôt  un esprit héroïque répondit à son appel, qu'il soit ange ou diable, le manchot était près à recevoir se partenaire qui allait revenir d'entre les morts pour faire déchaîné sa force et sa connaissance d'antan.  Un sourire léger naquit sur les lèvres du mage, alors que sortait enfin sous la lumière couchante se qui avait été admiré et craint. Elle était loin de ressemblé à se que les statut, livres et gravure illustrait. Une créature qui n'était pas aussi repoussante que décrite, poilu certes mais pas hideuse. Le contact de leurs regards fut comme une évidence, comme-ci ils étaient fait pour se rencontré et œuvrer ensemble. Quand la voix de la déesse s'éleva comme un chant Melchior la salua en s'inclinant modestement, il l'écouta respectueusement. Loin d'être déranger par cette si proche altercation, il resta les yeux river dans les siens. Il finit par parler dans sa langue maternelle, quand celle-ci eu terminer de le jauger.

«  Ma  Dame c'est un plaisir de vous compter de nouveau parmi nous. Je suis Melchior François Percheval. Soyez en certaine cette guerre restera dans les annale de l'histoire. »

Il ramassa la flûte de Pan avant de lui tendre. Ajoutant à son geste que cela devait certainement lui appartenir, à moins qu'il y aille une erreur de sa part. Ce en quoi il en serait navré, mais qu'il était si dur de retrouver une Déesse démonisé par les années et les religions.

Il ajouta aussi que le Graal ne s'était pas encore manifester et qu'il ignorait quand il le ferait. Tant tout les cas, il avait encore quelques recherches à faire ici, part la suite il retournerait en France jusqu'à se qu'il daigne enfin se joindre à eux se fameux récipient tellement convoité.

Après ses mots, il regarda le ciel puis le sceaux sur le sol qui avait été formé pour le rituel. Les paysans allaient certainement prendre cela pour un signe des extraterrestres. Il soupira un peu avant détiré son bras validé puis commença à marcher vers son hôtel. Il n'allait pas être du genre à donné des directive à son Servant ou peut être seulement à de rare occasion. Lui allait peut être dormir, l'invocation avait un peu fatigué le mage ou es que c'était son manque de sommeil flagrant ?  Voila qu'il avait fait que quelques pas que sa jambe amputé lui envoya quelques coups d'électricité.  Il allait devoir rapidement se penché sur se problème, sa véritable prothèse était en réparation à cause d'un mauvais coup qu'il avait effectuer pour vérifier sa solidité. Résulta ce n'était pas assez solide, il allait avoir besoin de quelques choses de véritablement costaud pour pouvoir combattre, car il était hors de question pour lui de se caché derrière l'esprit héroïque et d'attendre sagement. Non lui allait mettre la main à la patte et bien sur n'avoir aucune éthique comme à son habitude. Qu'il s'agisse ce frapper dans le dos, de menacé, intimidé ou faire du chantage. Tout était bon pour arrivé à ses fin. Melchior est quelqu'un de pragmatique et il n'aura aucune pitié pour les personnes qui vont croisé sa route. Ignorant sa douleur, le brun continua sa route, jetant tout de même un rapide coup d'oeil dans son dos, histoire de voir si sa nouvelle partenaire allait le suivre ou bien exploré son domaine qui devait avoir tellement changer depuis tout se temps. D'ailleurs il avait bien en tête de lui posé quelques questions pour ses recherches en Mythologie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin Servant
Admin Servant
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: L'ode d'une Légende Jeu 3 Aoû - 19:40

ft. Pan

ft. Melchior

「L'ode d'une légende」
Pan regarda tranquillement la flute de pan, puis elle l’a saisi. Elle l’inspecta sous toutes ses coutures… C’était la sienne, celle qu’elle avait fait pour ses frères. Par réflexe elle porta l’instrument à sa bouche et souffla dedans : un son divin en sortie, révélant toute la noblesse de cette instrument a l’homme en face d’elle. Révélant le retour du grand Pan à toute l’Arcadie. Sifflant entre les arbres et les montagnes. Miraculeusement, le son semblait s’accorder avec le vent et tourner autour de la femme hybride. Un sourire paisible naquit sur son visage quand elle décolla la flûte de ses lèvres.

Elle accrocha son symbole à son bâton de berger et entama de regarder le paysage de sa légende. Elle fut déçue, dans ses souvenirs le paysage était différent, plus beau, plus bucolique, plus… Pan. Mais les humains ont apposés leurs sales pattes dans son monde, le respect des dieux a disparu pour laisser place à l’amour égoïste des humains pour eux même.

Elle jeta un rapide coup d’œil à son Master qui partait. Sans trop réfléchir, elle le suivit. La Faune n’allait pas rester bêtement ici, il n’y avait plus rien à voir.

Il retournait à son hôtel et c’est ainsi qu’elle put contempler avec une horreur certaine la monstruosité de la ville. Là où il y avait des arbres, des plantes, de la beauté…Il ne restait plus rien. Le béton, partout. Dans un soupir de douleur et de lassitude, elle survola les marches de l’hôtel. Elle était invisible aux yeux des gens, elle ne souhaitait pas les effrayer… pas maintenant du moins, elle attendra quelques mois… Elle attendra le début de la guerre…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin Master
Admin Master
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 8
Date d'inscription : 29/06/2017
MessageSujet: Re: L'ode d'une Légende Mar 8 Aoû - 1:24

ft. Pan

ft. Melchior

「L'ode d'une légende」
Melchior avait écouté avec plaisir le son de la flûte, il avait donc vu juste, pourquoi en aurait il douté d'ailleurs. Quand il la vit le suivre, il continua sa marche jusqu'à enfin arrivé à l’hôtel. Il retira négligemment se qu'il portait sur ses épaules sur le canapé. La pièce était inondé de livres et parchemins. Les plus précieux était sur les meubles, les moins gisaient sur le sol. Le brun déplaça quelques livres sur le canapé avant de se posé dessus. Visiblement les livres avaient une importance capitale dans sa vie, car il les prenait avec douceur pour les déplacer. Il regarda alors Pan en se frottant le coin de ses yeux avec ses doigts.

"J'imagine que je n'ai aucun besoin de vous dire comment marche la guerre et encore moins comment la faire. Pour moi sachez que vous avez le droit d'utilisé tout se qui peut vous permettre de vous renforcé. Je me suis moi même renforcé pour cette occasion."

Il lui montra le dos de sa main, une gemme trônait fièrement et visiblement elle était bien charger. Il continua donc toujours dans sa langue natale.

"La guerre n'a pas encore commencer, mais quand celle-ci naîtra nous devront bien sur la gagné. Je n'irais pas par quatre chemin, mon souhait est d'obtenir le savoir absolu. Pour pouvoir être capable d'amélioré se monde infernal qui tourne en rond et se mord la queue sans se rentre compte du mal qu'il produit et pire encore qu'il commet jour après jour les même bêtise qui le plonge dans le Chaos. Je ne suis pas un dieu vous en revanche oui, mais les hommes n'écoute rien. Je ne suis en aucun cas supérieur à eux, je suis tout aussi fautif, sauf que j'ouvre les yeux et que je suis réaliste de la chose. "

Il balaya du regard la salle, puis se stoppa sur un des parchemins, ce leva puis il le lissa sur la table.

"L'homme détruit tout se qu'il touche. Le savoir se perd au file des années car se qui ne plait pas est détruit ou pire encore à cause de leurs négligence celui-ci disparaît. Tout comme la faune et la flore. L'homme est mauvais de nature et les vœux cupide."

Le professeur regarda sa partenaire, laissant le parchemin rouler sur lui même.

"Je ne suis pas là pour perdre, le Graal veut que je me batte, je le ferrais mais pas pour lui, pas pour mon envie personnelle, pas pour un paix qui me serra donner par la mort de tous. Le Graal est comme les dieux assez taquin sur les vœux et promesse. Tout moyen est bon pour arriver à notre victoire. J'ignore votre vœux madame et je ne l'ordonne pas."

Marchant jusqu'au canapé, il se laissa tomber dessus de toute sa grandeur, celui-ci était bien sur trop petit pour sa taille, mais alors qu'il avait l'impression d'être fatigué une nouvelle vague d’énergie le prit et il demanda donc à la belle, s'il pouvait lui posé des questions sur elle. Attrapant sur la table basse un carnet et un stylo, il attendit la réponse. Son travaille passait bien avant sa santé.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'ode d'une Légende
Revenir en haut Aller en bas
L'ode d'une Légende
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate/Corruption :: Monde :: Europe :: Grèce-
Sauter vers: